Les premiers jours

Le lendemain d’une nuit bien méritée et le mexicain bien digéré, il nous fallait vite enchaîner avec les démarches administratives (NAS, Compte Bancaire, Téléphones). Pour ne rien vous cacher on était ultra-stressés. On devait faire en UNE semaine ce qu’on pensait impossible de faire en aussi peu de temps en France !

Nous avons donc débuté les démarches par la demande de NAS (= Numéro d’Assuré Social). C’est la première chose à faire parce-que ce numéro est nécessaire pour ouvrir un compte bancaire ou pour pouvoir travailler. Regroupant tous les renseignements sur votre identité sur le territoire Canadien, ce Numéro d’Assuré Social doit rester totalement secret. Autrement dit, si quelqu’un prend votre NAS, il peut aussi vous voler votre identité ! So be careful !

Pour l’obtenir, c’est assez simple, nous avons dû nous rendre dans les bureaux de l’immigration, donner quelques informations (Prénom et Nom des parents, etc), nos passeports, nos visas de travail et le tour était joué!

Nous avons trouvé que les démarches se faisaient de façon très fluide ici, aucune paperasse futile ni fonctionnaire désagréable..(Vive le Canada !)

Enfin, c’est sans compter les quiproquos dûs à la langue ! Gil en a d’ailleurs fait les frais face à l’agent de l’immigration pour le NAS :

L’agent : « Quel est votre adresse mail? »

.

Gil : « Mon adresse mail c’est : schndr.gil@… »

.

L’agent :

 « Non, pas votre courriel… »

.

.

.

.

Gil :

Capture

.

.

.

.

.

..

Aurélie qui me chuchote  : « Il doit vouloir parler de notre adresse postal, pas de l’adresse e-mail! 🙂 »

.

Gil :

Personnages-celebres-Troll-face-Troll-face-poker-47361

« Oui bien sûr ! Mon adresse mail c’est 5697 avenue…. »

.

.

.

.

.

.

.

.

En effet, il faut donner une adresse fixe pour avoir le NAS. On remercie d’ailleur Olivier et Joranne pour nous avoir laissés la possibilité d’utiliser leur adresse.

DSC04991re

Une fois le NAS obtenu à l’immigration, il nous restait encore les comptes bancaires et cellulaires  à ouvrir (=ici on ne parle pas de « téléphone » mais de « cellulaire »).

On a donc pris rendez-vous à la banque, bus deux cafés dans la même banque (offert par la dame à l’accueil, trop sympa !) Et nous sommes partit ouvrir nos 2 lignes téléphoniques chez l’opérateur Fido (celui avec un chien pour mascotte).

DSC05075re

15 min après, nous sortions de la boutique avec nos deux lignes actives ! Inimaginable en France !

Bon, par contre, les forfaits sont très chers ici (surtout qu’encore une fois, les taxes ne sont pas comprises dans les prix affichés). On atteint les 56$ par ligne par mois pour avoir la même chose en France pour 16 euros ! Mais nous avons les sms internationaux illimités dans notre forfait, ce qui est plutôt pratique !

DSC04994re

 

Ce n’était que le début de nos démarches ! Il restait le plus important à faire….

Trouver un appartement fixe en moins d’une semaine ! (Chose impossible à Paris)

Bon vous vous en doutez nous en avons trouvé un, hein ! Un article arrivera bientôt pour vous le montrer.

_____________________________________________

Encore plein de choses à faire ! A pied ! T_T

Nous marchons énormément depuis notre arrivée (les transports étant assez chers ici). Cela devient d’ailleurs une habitude. (Enfin, nous en reparlerons quand les températures auront commencées à chuter)

Mais heureusement le temps était avec nous ! On a été surpris par le beau temps lors de ces premiers jours! Nous savions en arrivant qu’il avait neigé il y a peu, alors on ne pensait pas sortir en t-shirts si vite!

Enfin, voila quelque photos de nos balades :

DSC04993re

 Voici un aperçu de la ville :

DSC04990re

La ville est quadrillée de la même façon que la plupart des villes américaines, ce qui fait que les rues traversent toute la ville, du Nord vers le Sud et d’Est en Ouest.

Pour se repérer, il est donc plus courant de parler de « coin ». Par exemple, lorsque quelqu’un vous demande où est-ce que vous habitez, il suffit de dire que vous êtes au coin de l’avenue des pins et du boulevard Saint-Laurent pour que les gens puissent vous situer.

DSC04988re

Le centre-ville :

 Une des premières réactions que l’on a tous les deux eu en arrivant fut de se dire « Ouah! Tout est plus grand! »
Les bâtiments sont plus imposants, les rues sont plus larges, les voitures aussi…
DSC05073re

DSC05077re

DSC05088re

DSC05087re

La deuxième remarque a été « Ha! Ici, les piétons ne traversent que sur les passages cloutés et quand le feu les y autorisent » (le même feu que les voitures)
C’est assez compliqué à assimiler. Mais il fallait s’y faire rapidement parce-qu’ici , on risque une amende si on ne respecte pas le « code des piétons ».

Au début, on a l’impression de perdre du temps à attendre que le feu passe au vert alors qu’il n’y a pas de voiture à l’horizon. On essaye de respecter le plus possible mais à vrai dire, si il n’y a pas de voiture de « super cops » dans les parages, notre côté « Français » nous pousse à traverser quand même!

(90% des Québécois attendent même lorsqu’il n’y a pas de voiture)

DSC_0066

A Montréal, il y a une énorme différence entre les différents quartiers (Résidentiel, d’Affaires, Industriels).

Bien que le nôtre soit l’un de plus animés (Sur le boulevard St Laurent il y a énormément de restaurants et la population est assez jeunes), les ruelles des maisons aux escaliers ont beaucoup de charme et s’y balader est aussi agréable.

 

DSC04995re

 

 De plus, de nombreux parcs sont disséminés dans toute la ville. Il paraît que l’hiver, on y patine et l’été on y bronze. Pressés de voir les deux facettes ! Pour l’instant on voit surtout des gens bronzer et sortir les barbecues !

L’avantage c’est qu’ici, on a le droit de faire des barbecue dans les parcs. Et oui ! Il suffit pour cela d’emmener son équipement, avec du charbon ou gaz et des MERGUEZ  Schneider !!

(Et oui en plus de faire des TV, « Schneider » fait pas mal de bouffe ici  >.< )

En tout cas, l’été ici est agréable et les gens ici nous donne envie de sortir ! Après 6 mois coincé à l’intérieur à cause du froid, tout le monde passe ses journées dehors à courir ou à flâner !

DSC05004re2

DSC05005re2

 A cette période de l’année, on croise plein d’écureuils (signe que la période estivale débute !)

Celui-ci cherchait visiblement quelque chose à grignoter dans les poubelles. En effet, les écureuils sont considérés comme des charognards ici. Ils piquent les sandwichs des gens dans les parcs, agressent des jeunes gens et cassent des vitrines ! (C’est pas vrai pour les 2 derniers exemples hein:p ).

Mais en tout cas, ça rajoute du charme à ce pays qui a su garder une part de nature même dans ses grandes villes.

 

IMG_1469re

De retour dans notre logement temporaire, les coups de fil et annonces de logement s’enchaînent.

IMG_1470re

Pour tenir heureusement que nous avions de quoi prendre des forces le matin! (Merci Olivier pour les crêpes !)

 

Publicités

L’arrivée

Dimanche 11 Mai était une looongue journée ! (qui mérite bien 2 articles)

Nous sommes arrivées à Montréal à 15h45, avec 6h de décalage horaire dans les dents! Et pas une minute à perdre!

A peine sortis de l’avion, nous avons du nous rendre au service de l’immigration de l’aéroport afin de faire contrôler nos papiers.

La lettre d’introduction, nos passeports, nos relevés de compte français et nos attestations d’assurance entre leurs mains, nous avons patienter 30 minutes environ avant de recevoir nos permis de travail. (dans les pochettes ci-dessous)

DSC04985re

 Nous avons ensuite pu récupérer nos valises qui ne s’étaient pas ouvertes, contrairement à nos craintes.

DSC_0044

 A partir de là, l’objectif était de rejoindre l’appartement loué pour la semaine sur le site Airbnb.

Pour cela nous avons pris un premier bus (3 min). Comme au Québec, il faut absolument l’appoint pour payer les tickets de bus (3$ CAN), nous avons du marcher au centre commercial le plus proche, se faire de la monnaie. Nous avons alors pu repartir dans un deuxième bus (30min après, et allégé encore de 3$ can chacun).

Arrivé au métro, nous commencions à en voir le bout. Et heureusement, car il faisait bien 25°C ce jour-là et nous avions décidé de porter sur nous tout les vêtements qui ne rentraient pas dans nos valises!

DSC_0043

Arrivés à 18h à l’appartement, nous avons juste pris le temps de prévenir nos familles que le vol s’était bien passé, et que tout le monde pouvait dormir sur ses deux oreilles.

Plus-tard dans la soirée une amie, Alys, vint nous rencontrer dans notre 1 1/2 et nous raconta qu’on aurait pu prendre le bus 747 qui nous aurait emmené directement chez nous pour seulement 3$CAN… T_T

DSC04987re

 Crevés, nous sommes seulement sortit chercher quelque chose à se mettre sous la dent, et nous avons trouvé ceci : des tacos mexicains! (Pas très local, mais nourrissant!)

De retour dans notre condo (= appartement québécois) nous nous sommes rendu compte que nous n’avions pas de décapsuleur pour ouvrir les bouteilles… Mais heureusement, Chou à pu les ouvrir avec un coup de dent! Et ce fut le début d’une  nouvelle aventure et d’une série de « Ha, il faudra qu’on s’achète ça plus tard parce-que sinon les dents de chou ne tiendrons pas longtemps ! »!

DSC_0046

Enfin, le plaisir de ce premier repas au Québec n’en fut pas gâché!

A noter2

Le départ

 

Dimanche 11 Mai, 11h30 :

DSC04966re

 Nous étions tous réunis à l’aéroport de Roissy pour les derniers « au revoir » et les derniers bisous… é_è

  Un moment très attendu, ca faisait déjà plus d’un an que l’on préparait ce voyage !

Du coup, c’est à la fois excités par le départ et nerveux que l’on a quitté nos familles. C’est un envol dans lequel on sait ce que l’on perd mais on ne sait pas ce que l’on gagne.

DSC04967re

Enfin, les « au revoir » et les larmes derrière nous, on était bien contents quand même. On entendait déjà par ci par là des accents Québécois.. Le Canada se rapprochait !!!

DSC04968reDSC04969re

Petites photos de jeunes premiers devant les duty free de l’aéroport. On était fière de nous parce-qu’on avait réussi à passer la douane, malgré le fait qu’Aurélie se soit retrouvée avec des sacs plastiques à la place de ses chaussures et que j’ai du vider mon sac à dos avec ordinateur, cables, tablettes, Vita, livres sur le tapis !

DSC04971re

DSC04979reDSC04978reDSC04981re

 Gil s’amuse… Faut dire que le vol durait 7h45 ! On avait accès à plusieurs séries américaine (pas de Game Of Throne é_è), mais surtout, des séries, films Québécois !

DSC04972re

Montréal vu du ciel

Montréal vu du ciel

 

30 min avant l’atterrissage, les questions reviennent : Montréal va-t-elle nous plaire ? Et si c’était moche ? Et si nous n’arrivions pas à nous y faire ?

 

Les « au revoir » – suite

IMG_1444re

 Hier, à J-8, un dernier repas en famille était organisé. L’occasion de partager encore de bons moments avant le départ.

Pour marquer le coup, nous nous sommes tous retrouvés au River Cafe, un restaurant sur péniche un peu chic mais avec une carte au top.

 

IMG_1446 IMG_1448

IMG_1449 IMG_1450IMG_1457

IMG_1456

 

Après l’entrée et le plat principal, nous avons repris la voiture pour déguster le dessert que nous avions fait maison : Le Voyageur
Il s’agit d’un gâteau (de circonstance) qui était autrefois confectionné pour être emportés lors des longs voyages.

Voici pour celles et ceux qui me demandaient la recette, les liens qui nous ont été utiles pour sa préparation :

– Recette de Mercotte

– Comment faire le fondant ?

Nous avions découvert ce gâteau lors de l’émission du « Meilleur Pâtissier » sur M6. Sa préparation ne fut pas évidente mais ce fut un plaisir de faire plaisir, et le résultat était vraiment satisfaisant.

 

IMG_1458 IMG_1459 IMG_1462

IMG_1463 IMG_1464 IMG_1466re

 

Nous avons profité de ce moment pour distribuer à chacun les quelques objets que nous n’emmènerons pas avec nous.

C’est en se séparant des objets qui font partit de notre quotidien et en se réunissant une dernière fois pour les dernières recommandations que l’on se rend compte que le départ approche vraiment VRAIMENT.

Les « Au revoir » sont de plus en plus fort en émotion au fur et à mesure que les semaines passent. Même si heureusement, ceux-là n’étaient en réalité que des « A la semaine prochaine, à l’aéroport ».

A présent, nous entamons la dernière semaine en France : la plus intense sans aucun doute. Mais c’est toujours aussi bon de voir le projet prendre forme.